Une belle histoire à partager

Lors du congrès de Buenos Aires en 2017, le Dr Albert COHEN nous avait présenté les résultats préliminaires et prometteurs d’un outil de simulation d’accouchement (le logiciel PREDIBIRTH et la plateforme SIM37) développé par le Dr Oliver AMI gynécologue obstétricien à la Clinique de la Muette à Paris. Cet outil avait pour objectif de prédire et d’alerter avant l’accouchement d’une incompatibilité d’une naissance par voie basse normale.
Il s’agissait d’objectiver une disproportion entre la tête de l’enfant et le bassin de la mère à partir des données d’une IRM pelvienne de 5 minutes pratiquée au début du 9ème mois de grossesse (37 SA). L’objectif étant d’éviter les complications des accouchements dystociques, en particulier la dystocie céphalo-pelvienne (DCP), où l'enfant reste coincé dans le canal de la naissance avec toutes les conséquences néfastes connues sur le cerveau de l'enfant et sur le bassin de la mère.

La dystocie céphalo-pelvienne, une problématique méconnue

Dans les pays développés, environ 10 % des parturientes présentant une orientation céphalique à terme ont une anomalie dans la progression du travail. Si 75 à 80 % des cas se terminent par un accouchement naturel, les 20 à 25 % restants nécessitent une césarienne. La dystocie se révèle comme la principale cause de césarienne pendant le travail, suivie de près par la détresse fœtale. Au niveau mondial, le travail obstrué lié à la DPC contribue à 3-8% des décès maternels.

Confirmation du potentiel d’un logiciel simulant l’accouchement et une reconnaissance internationale

Comme le rappelle le Dr Olivier AMI Gynécologue Obstétricien et investigateur principal de l’étude, aucun examen ou critère objectif et fiable n’existait jusqu’à présent pour dépister la disproportion entre la tête de l’enfant et le bassin de sa mère. De nombreuses études soulignent l'insuffisance de la pelvimétrie radiologique pour prédire les modes d'accouchement. Cette méthode ne fait que confirmer la normalité du bassin, mais ne permet pas de prévoir si un enfant peut traverser le bassin mesuré sans rencontrer de DCP.

Le logiciel PREDIBIRTH et la plateforme SIM37 permettent de simuler l’accouchement et d’anticiper d’éventuelles difficultés et donc de programmer un geste adapté. L’étude rétrospective a examiné les 402 patientes référées pour une pelvimétrie IRM. Le logiciel de simulation d'accouchement a prédit les modes d'accouchement optimaux en fonction de la disproportion céphalo pelvienne, en comparant les prédictions avec les résultats réels.

L’article conclu que l’approche s'est révélée prometteuse, réduisant potentiellement les césariennes en urgence de 30, 1 %, les césariennes programmées de manière inappropriée de 20,7 % et les accouchements instrumentaux de 20,0 %. Alors que le taux global de césariennes est resté stable, l'intégration des connaissances issues de la simulation aux prévisions d'accouchement devrait permettre d'améliorer l'équilibre entre les césariennes programmées et les essais de travail.

Nous vous invitons donc à visionner l’interview et le Webinar du Dr Albert Cohen co-investigateur de l’étude que nous avions réalisés à l’époque et gardés sous le coude dans la l’attente de la publication. Toutes nos félicitations aux investigateurs pour leur ténacité et leur clairvoyance qui se voient enfin récompensées. Une publication dans Nature, Bravo ! Ca valait le coup d’attendre.

Ami O. et Al. Childbirth simulation to assess cephalopelvic disproportion and chances for failed labor in a French population. Scientific Reports volume 13, Article number: 1110 Published: 20 January 2023

https://www.nature.com/articles/s41598-023-28459-6

Dr Jean-Philippe Minart, Cannes, France

Our latest ressources